Until government releases its Brexit analyses, the data available suggests we are better off in the EU

The government has refused to publish its sector-by-sector analyses of the impact of Brexit, arguing that releasing them they would undermine its negotiating position. Molly Scott Cato says businesspeople trying to plan for the future have a right to know what the likely effects of leaving the EU will be.

It was, I thought, a fairly reasonable request, for an MEP representing five million constituents: has the government undertaken studies into the impacts of Brexit, and if so could it provide some key findings? After all, it is part of my elected responsibility to provide my constituents and their families; businesses and public services with information that can help them prepare for what will inevitably be the biggest economic and social transformation this country has seen in my lifetime.

In particular, I wanted to know if any studies have explored issues surrounding the economic impacts of leaving the single market and ending freedom of movement and, as an MEP representing the South West, what impacts are expected on farmers and rural communities.

I was prompted by leaked documents revealing that under such a ‘hard Brexit’ scenario the NHS could be short of 40,000 nurses by 2026 as well as reports that dozens of other impact assessments have been carried out by the Government into its chosen course of leaving not just the EU, but the single market.

The response from government was an acknowledgement that they have indeed “conducted analysis of over 50 sectors” but they failed to inform me which sectors, let alone any findings. The argument against publication is that it would undermine the Government’s ability to negotiate the best deal for Britain. Yet the leaking of the report into the impacts on the NHS has had no discernible effect on the government’s negotiation position. What stands in the way of progress in the Brexit discussions is the government’s own intransigence or lack of clarity over issues such as the ‘divorce settlement’, the Irish border and the rights of EU citizen’s post-Brexit. If ‘take back control’ from ‘Brussels bureaucrats’ means anything, it should mean a new commitment to openness and transparency, with evidence-based decision-making, and that evidence being available to the public and their democratic representatives.

But it is a wonder that the government needed to carry out these studies at all. In 2013, the coalition government commissioned the ‘most extensive analysis ever undertaken of the UK’s relationship with the EU’. The ‘Review of the balance of competences’ took 2300 pieces of written evidence – submitted by experts, NGOs, businesses, members of Parliament, the public and other interested parties – and pulled them together into 32 reports. These covered issues such as economic and monetary policy, health, environment and climate change, fundamental rights and education and vocational training and youth.

While the reports provided some useful pointers on areas for reform, such as better EU regulation and the need for more effective implementation and enforcement of existing legislation, the overall conclusion was that membership of the EU was positive for the UK. It also highlighted how successful the UK has often been in shaping the EU’s agenda and legislation.

On the UK’s membership of the single market, the review noted that ‘most studies suggest that the GDP of both the EU and the UK are appreciably greater than they otherwise would be, thanks to economic integration through the Single Market’. It concluded that, ‘integration has brought to the EU, and hence to the UK, in most if not all observers’ opinions, appreciable economic benefits’. These findings are borne out by the responses I have had from businesses who have beaten a path to my door in the past year to explain the disastrous impact on them of the government’s Brexit plans.

I began with a tour of North Devon, where the dominant sectors are agriculture, food and tourism. All three rely heavily on EU labour and have no idea how they could survive without it. For them, freedom of movement is an economic lifeline, not the threat to British jobs portrayed by the tabloid headlines.

Then it was finance and automotive – not two sectors I expected to be championing as a Green MEP. However, both sectors employ thousands in South West England. There are at least 75,000 finance-related jobs and the sector is especially important to Bournemouth, Swindon and Bristol. Their trade body brought them together for a conference in Bristol where we were also joined by Trade Minister Mark Garnier. When I explained about the impact of the withdrawal of the EU banking passport, and the problems with establishing equivalence of regulations to ensure the right to continue selling financial products, faces in the room turned visibly pale.

For the car industry, it’s the plan to leave the customs union that leaves them weak at the knees, as explained to me by Honda’s EU policy representative. It would mean time-consuming checks and paperwork as components were forced to pass across currently open borders.

So still we wait to see what sectors the government has studied, and whether the findings of these studies are in any way different to the extensive analysis carried out in 2013. We must assume they won’t be. In which case, the evidence available, and in the public domain, suggests we are in fact better off inside, rather than outside, the EU.

______

This post was originally published on the LSE Brexit blog.

About the Author

Molly Scott Cato is Green MEP for the South West. She is an economist, member of the Economics and Monetary Committee in the European Parliament, and Green Party speaker on Brexit.

Advertisements

Valls-Macron : le premier faux pas du président élu ?

Par Renée Fregosi Publié le 10/05/2017 à 16:26 Le Figaro

FIGAROVOX/ANALYSE- Le souhait de ralliement exprimé par Manuel Valls a été accueilli plutôt froidement par les équipes de La République en marche. Pour Renée Fregosi, Valls s’inscrit pourtant dans la ligne social-démocrate défendue par Macron.
Renée Fregosi est une philosophe et politologue française. Directrice de recherche en Science politique à l’Université Paris-Sorbonne-Nouvelle, elle a récemment publié Les nouveaux autoritaires. Justiciers, censeurs et autocrates(éd. du Moment 2016)

Sur la forme, les atermoiements du parti République En Marche quant à la candidature aux législatives de Manuel Valls constituent, chacun l’accorde, pour le moins une maladresse. Bataille d’égos, basse vengeance de l’ancien ministre de l’économie à l’égard de son ancien premier ministre à qui il devait cependant d’avoir été nommé au gouvernement et qui avait défendu sa loi travail jusqu’à entacher sa propre image en recourant au 49.3. Ingratitude vis-à-vis du responsable socialiste qui, reniant son engagement à soutenir le vainqueur des primaires, abandonna Benoît Hamon pour soutenir Emmanuel Macron dès le premier tour, entraînant nombre de ses propres soutiens à sauter le pas et voter Macron malgré leurs réticences. Incohérence également, eu égard à la devise du «et de droite et de gauche», à rejeter une figure majeure du socialisme français, au moment même où l’on pronostique le plus souvent la nomination future d’un premier ministre de droite.

Le mépris affiché pour Manuel Valls de la part de l’équipe REM et du président élu pourrait constituer une grave erreur politique pour la présidence d’Emmanuel Macron.

Mais surtout, ce mépris affiché pour Manuel Valls de la part de l’équipe REM et du président élu pourrait constituer une grave erreur politique pour la présidence d’Emmanuel Macron. Certes, Manuel Valls porte une responsabilité si le courant social-démocrate n’est pas parvenu à s’imposer au PS, puisqu’il en a été le représentant plus ou moins assumé. D’une part, Manuel Valls a fait l’erreur stratégique de viser la présidentielle de 2022 en faisant l’impasse sur 2017, pensant laisser aller François Hollande à la présidentielle payer le prix de son quinquennat calamiteux. Aussi a-t-il commis cette autre erreur stratégique ne pas démissionner après l’abandon de la déchéance de nationalité alors que l’électorat républicain de gauche comme de droite était en faveur de cette mesure symbolique. Or, la dimension républicaine de Manuel Valls était un atout maître de sa stature présidentielle. D’autre part, et surtout, tandis que la caractérisation essentielle de la ligne Valls était la défense de la social-démocratie, il a négligé de bâtir un véritable projet social-démocrate européen et rénové, solidement fondée intellectuellement. Enfin, il a confondu social-démocratie et «gauche de gouvernement» alors que le gouvernement de François Hollande était gravement discrédité.

Au demeurant, cette ligne social-démocrate existe au sein de l’électorat qui a voté Emmanuel Macron dès le premier tour et a fortiori au second. S’il est difficile de l’évaluer avec précision, on peut toutefois estimer qu’il représente un segment non négligeable compte tenu du niveau d’opinions favorables dont bénéficiait Manuel Valls à une époque où il incarnait cette espérance. D’un strict point de vue électoraliste, il serait erroné d’ignorer cette fraction de l’électorat qui s’il se sent exclu de REM, peut revenir vers les candidats du PS aux législatives dans certaines circonscriptions. Mais surtout, le courant social-démocrate revêt une grande importance pour la présidence Macron et cela pour deux raisons de fond.

Premièrement, tant du point de vue théorique que pratique, les notions de négociation et de compromis qui caractérisent la social-démocratie, devront être au cœur de l’action gouvernementale à venir. De la même façon que la loi El Khomri a été élaborée en dialogue avec la CFDT, la prochaine loi travail annoncée par le candidat Macron devrait impérativement obtenir l’aval du désormais premier syndicat de France. Et cela d’autant que la CGT et la gauche radicale ont déjà promis des mobilisations violentes. À cet égard, l’avertissement lancé par Laurent Berger le 9 mai dernier: «Sans la démocratie sociale, la démocratie politique est impuissante» n’est pas à négliger.

Par ailleurs, la dimension européenne, essentielle dans le projet d’Emmanuel Macron est partagée par une nouvelle social-démocratie s’inscrivant dans une Europe-puissance resserrée, harmonisant politiques sociale et fiscale, défendant ses valeurs et ses frontières, mettant en œuvre une croissance modérée, fondée sur les énergies renouvelables et les nouvelles technologies mais aussi sur les services à la personne et les activités de cohésion sociale. François Hollande a trahi les espoirs en un tel projet en échouant à renégocier les orientations européennes, en s’interdisant de travailler à des régulations internationales du capitalisme financier hyperspéculateur et en désertant la lutte idéologique contre l’islamo-fascisme. Mais les partenaires privilégiés pour une telle stratégie européenne, en France et surtout dans les pays européens et notamment en Allemagne, demeurent précisément les sociaux-démocrates.

Pour terrasser durablement les populismes, un simple projet européiste et mondialiste, jeuniste et moraliste de surcroît, n’est certainement pas le meilleur outil politique.

D’autre part, pour terrasser durablement les populismes, un simple projet européiste et mondialiste, jeuniste et moraliste de surcroît, n’est certainement pas le meilleur outil politique. La dimension populaire et sociale est au contraire fondamentale pour combattre les démagogues qui jouent sur le ressentiment des déclassés ou de ceux qui redoutent de l’être. Or qui mieux que la social-démocratie peut apporter cet élément essentiel à Emmanuel Macron?

Et enfin, le président Macron ne devrait pas oublier un élément majeur du vécu des couches populaires et des classes moyennes qui les poussent trop souvent vers le Front National: l’insécurité culturelle. L’apport laïque et républicain affirmé de Manuel Valls serait également à cet égard très utile au nouveau pouvoir. Car l’islamisme et le multiculturalisme poursuivent leur travail de sape de nos sociétés. Faute de s’en préoccuper réellement, la présidence Macron prend le risque de lasser prospérer une extrême droite qu’il a momentanément contribué à affaiblir. Il est encore temps de faire en sorte que le faux pas vis-à-vis de Manuel Valls ne se transforme pas en une erreur centrale du prochain quinquennat.

Primaire de la gauche : la social-démocratie a-t-elle encore un avenir ?

Manuel Valls, partisan d’une social-démocratie réformée, rencontre des difficultés dans sa campagne. Pour Renée Fregosi, Il lui reste peu de temps pour assumer de nouveau la lutte contre l’islamisme et les deux gauches irréconciliables.

FIGAROVOX/TRIBUNE – 

Renée Fregosi est une philosophe et politologue française. Directrice de recherche en Science politique à l’Université Paris-Sorbonne-Nouvelle, elle a récemment publié Les nouveaux autoritaires. Justiciers, censeurs et autocrates (éd. du Moment 2016).
Comme semblent l’indiquer les enquêtes d’opinion, la candidature de Manuel Valls peine à créer une dynamique. Présenté comme le candidat de substitution à François Hollande, Manuel Valls a fait le choix absurde d’adoucir son image et de renoncer à affirmer un projet social-réformiste cohérent: résolument populaire et laïque, à la fois européiste et républicain. Il lui reste 15 jours pour revenir à la ligne qui a été la sienne, celle notamment de la lutte contre l’islamisme, des deux gauches irréconciliables et de la promotion d’une social-démocratie rénovée.

La social-démocratie est l’antithèse de la gauche radicale.

Car la social-démocratie est l’antithèse de la gauche radicale. Alors que Marx avait prophétisé la mort inéluctable du capitalisme paupérisant les masses, et son abolition par les prolétaires, les sociétés occidentales ont vu le capitalisme se développer en enrichissant certes de façon inégale mais globale y compris les travailleurs exploités. Tandis que Lénine persistait dans l’idée de mettre fin au capitalisme et de l’abattre par une révolution violente quitte à aller à l’encontre de la volonté populaire, les sociaux-démocrates comme Edouard Bernstein qui en théorisa le projet, répondirent en prenant acte du réel et en imaginant de maîtriser la puissance capitaliste pour le bien de tous.

La social-démocratie s’est donc instaurée comme le cadre de négociations pour organiser un partage de plus en plus juste des richesses produites collectivement.

La social-démocratie s’est donc instaurée comme le cadre de négociations pour organiser un partage de plus en plus juste des richesses produites collectivement. L’archétype français de ce système mais qui, malgré sa réussite, n’a jamais été érigé en France en modèle politique cohérent et conquérant, c’est les accords de Matignon en 1936: sous la pression de la mobilisation syndicale, les détenteurs du capital consentent à redistribuer directement un part des profits au travail (par des augmentations de salaires, réductions du temps de travail et congés payés) et une autre partie aux pouvoirs publics pour assurer des prestations sociales (retraite, accident du travail notamment dans ce premier temps) et l’amélioration des services publics (éducation, santé, culture pour tous). En retour, les travailleurs payent eux aussi des charges sociales et s’engagent à la paix sociale. La loi quant à elle institutionnalise le compromis social, garantit les accords entre partenaires et fixe le cadre de négociations régulières.

Poursuivant la tactique mitterrandienne, François Hollande a toujours refusé de « cliver », et s’interdisant de trancher sur le fond des questions.

Ces avancées considérables pour le prolétariat et la société française toute entière, qui suscitèrent un large consensus, contrevenaient radicalement à la stratégie révolutionnaire rupturiste communiste, même si pour des raisons conjoncturelles, le bolchevisme accepta de s’y associer à certaines périodes. A son tour, l’Union de la gauche a consolidé le fantasme d’une alliance naturelle entre l’autoritarisme communiste et le libéralisme socialiste. Poursuivant la tactique mitterrandienne, François Hollande a toujours refusé de «cliver», et s’interdisant de trancher sur le fond des questions, il préféra toujours la complaisance à l’égard de la gauche radicale d’aujourd’hui, égalitariste, pédagogiste, justicialiste, multiculturaliste et idiot utile de l’islamisme. Renonçant par ailleurs à son projet annoncé de convaincre les partenaires européens d’une indispensable unification fiscale et sociale, il acheva ainsi de ruiner le principe social-démocrate qui aujourd’hui impose une mise en œuvre européenne et des régulations au niveau mondial.

Sur les décombre d’un quinquennat calamiteux, à la vieille de l’élection présidentielle, la rénovation de la social-démocratie à l’échelle européenne n’est pas à l’ordre du jour.

Sur les décombre d’un quinquennat calamiteux, à la vieille de l’élection présidentielle de 2017, la rénovation de la social-démocratie à l’échelle européenne n’est alors pas plus à l’ordre du jour que sous François Mitterrand chez ses héritiers hollandais. Faute d’un projet commun articulant objectifs traditionnels (redistribution et innovation) et nouveaux défis (mondialisation et totalitarisme islamiste), la «gauche de gouvernement» présente de pâles figures et des perspectives peu enthousiasmantes. Pourtant, et l’engouement peut-être éphémère pour Emmanuel Macron en est un indice, l’audace d’une proposition résolument réformiste pourrait rassembler largement. Balayant le prêchi-prêcha des prétendues «valeurs de la gauche» par la ferme affirmation des principes laïques du combat pour la libre pensée et l’émancipation des individus, refusant la culpabilisation de l’occident et l’impuissance de l’Europe, le candidat socialiste serait le seul légitime à porter les espoirs à la fois d’une plus juste redistribution, d’une libéralisation des énergies entrepreneuriales et d’une régulation supranationale du capitalisme.

Manuel Valls doit également s’inscrire en faux contre la vision assistantielle et multiculturaliste d’une société fracturée.

Pour ce faire, Manuel Valls doit également s’inscrire en faux contre la vision assistantielle et multiculturaliste d’une société fracturée. Rejetant le paradigme déficitaire consistant à abaisser pour tous le niveau d’exigence dans l’éducation nationale, au risque de contredire certains de ses soutiens comme Najat Vallaud Belkacem, il doit réaffirmer le modèle de l’élitisme républicain. Luttant contre l’injonction du respect de la prétendue liberté des femmes, il doit rappeler que le voile est symbole d’impureté et de soumission, et s’opposer à toute demande communautariste sur les lieux de travail, dans les espaces publics et tous les établissements d’enseignement quelque soit leur niveau. Combattant l’illusion d’un nationalisme du repli, il doit articuler de façon cohérente exigences sécuritaires et stratégie internationale.

A l’inverse des enjeux de la primaire à droite, clarifier ce que doit être un projet de gauche réformiste permettrait à la fois de rassembler le plus grand nombre de sympathisants socialistes et de poser les bases d’un rassemblement plus large, au de-là de la gauche. Car le cœur de l’électorat socialiste est aujourd’hui convaincu du bien fondé de l’option réformiste, contrairement à ce que croient trop souvent les dirigeants de PS. Certes, il restera toujours des marges bolchevisantes impossibles à rallier mais faire prévaloir enfin le social-réformisme sur les dérives gauchisantes lors des primaires socialistes, c’est aussi la seule façon de retrouver une dynamique à gauche et au centre. Manuel Valls porte cette lourde mais exaltante responsabilité. Seul héritier putatif de Michel Rocard et à travers lui de Blum et de Mendès, en aura-t-il la stature? Le temps lui est compté pour en faire la preuve.

The last candidate to speak out

The French Report

The leader of La France Insoumise finally talked today. He revealed that he will not tell for who he will personally vote for the second round.

A general consultation with his supporters on the web

Jean Luc Mélenchon launched a general consultation with his supporters yesterday on his website: jlm2017.fr. They have the choice between:

  • Blank vote
  • Abstention
  • Vote for Emmanuel Macron

The choice to vote for Marine Le Pen is not even proposed. This reveals the general position of the party which was really popular amoung young voters (30% of the 18-24yo).

“In our movement, there will be several opinions”

Whatever is the result of the consultation, “in our movement, there will be several opinions” stated the candidate’s spokesperson, Alexis Corbière.

All the opinions as well as the…

View original post 31 more words

Five runners, five shades of Europe

The French Report

The French elections are crucial for the future of Europe. Two candidates want to leave the European treaties, while the other three, despite different approaches, want to change the European Union. With programs varying from the far-left to the far-right, France’s candidates are offering five visions of Europe.

Jean-Luc Mélenchon: “The Europe of our dreams is dead”

melenchon

For the candidate of La France insoumise, "Europe, either we change it, either we leave it." According to him, "the EU is currently a single market only and the peoples are subjected to banks and finance's dictatorship." He argues that EU's policies of "economic austerity, free-trade and destruction of public services" do not fit his programme.

He advocates an exit of the European treaties “which oblige us to conduct austerity measures, to abolish the state’s action and public investments under the pretext of a debt that everyone knows won’t be paid in any country”. Instead…

View original post 1,860 more words

Logically flawed, morally indefensible: EU citizens in the UK are bargaining chips

blogs.lse.ac.uk/brexit/2017/02/16/logically-flawed-morally-indefensible-eu-citizens-in-the-uk-are-bargaining-chips/

16/02/2017


The rights of EU citizens living in the UK are not guaranteed. An amendment that would have given them post-Brexit rights regardless of the outcome of negotiations was voted down in the Commons.
Ruvi Ziegler says the government’s argument – which says that by refusing to guarantee EU citizens’ rights, it is protecting British people living in the EU – is not only logically flawed, but morally indefensible. Furthermore, given the likelihood of drawn-out exit negotiations, they will remain in limbo for some time yet.

On 8 February, the  EU (Notification of Withdrawal) Bill passed Third Reading in the House of Commons, by 494 votes to 122.  MPs rejected all amendments to the 133-word Bill. This post concerns the rejection by 332 votes to 290 of an amendment tabled by Harriet Harman, Chair of the Joint Committee on Human Rights (JCHR), designed to ensure that post-Brexit rights of non-UK EU citizens ‘lawfully resident in the UK on 23 June 2016’ will be guaranteed before the triggering of Article 50 and irrespective of the outcome of negotiations between the UK and Union institutions.

Only three Conservative MPs voted for the amendment, after the Home Secretary had sent a letter to select MPs assuring them that ‘nothing will change for EU citizens, whether already resident in the UK or moving from the EU, without Parliament’s approval’. The Government was joined by the DUP, UKIP, and six Labour MPs, including Gisela Stuart.  Stuart, former Chair of ‘Vote Leave’, chaired a British Future Inquiry into ‘Securing the status of EEA+ nationals in the UK’. The Inquiry’s December 2016 report concluded that ‘retrospective changes to [EEA+ nationals’] status are unfair as [those] who have settled in the UK could legitimately expect their status to remain secure when they moved here…The Inquiry recommends, as a cut-off date, the day that Article 50 is triggered’. Notably, this is a later ‘cut-off’ date than Harman’s amendment.

anti-brexit demo

The follies of the Government’s reciprocity argument

There are substantive difficulties with the Government’s insistence on reciprocity, as reflected in Section 6 of its White Paper. The Commons debate revealed little zeal among MPs for making non-UK EU citizens’ status conditional upon reciprocity, let alone desire for en masse expulsion, should negotiations fail.

First, the claim that, the Government is protecting UK citizens residing in the EU-27 by refusing to unilaterally and unconditionally give non-UK EU citizens the reassurance they seek is fanciful (I have written about their future status). Organisations representing UK citizens resident in Germany, Gibraltar, France, Spain, Finland, and Belgium signed a joint letter to the PM  urging her to unilaterally offer guarantees to non-UK EU citizens. There is no evidence of hostility against UK citizens in the EU-27, and assigning blame to Union institutions for supposedly refusing to reach a reciprocal agreement before the UK serves its Article 50 notification is a red herring.

 Second, the Government cannot have it both ways: if the fate of non-UK EU citizens will not depend on the outcome of the negotiations, the refusal to remove the uncertainty and to clarify the ‘cut-off’ date before negotiations commence is puzzling. The Government’s insistence on reciprocity logically implies that, if negotiations fail, rights of non-UK EU citizens may be curtailed. In 2017, such a ‘bargaining chips’ approach is morally indefensible.

Third, whereas it is within the unilateral gift of Westminster to secure the status and rights of non-UK EU citizens irrespective of the withdrawal agreement, reciprocity ipso facto requires agreement, and it is far from certain that it will be reached at an early stage of the negotiations.

It bears mentioning that non-UK EU citizens (except Maltese, Cypriot, and Irish citizens), and UK citizens who have been residing abroad for more than 15 years, were not eligible to vote in the 23 June 2016 referendum, despite being (among) those most directly and adversely affected by its outcome (analysis).

The road ahead

The Bill now moves to the House of Lords. A #RightToStay Mass Lobby of Parliament, co-organised by the 3 Million and New Europeans, will take place on 20 February, coinciding with the ‘One Day without Us’ National Day of Action and, intriguingly, with the Bill’s Second Reading in the Lords.

Several Peers have already tabled amendments to the Bill, including in relation to non-UK EU citizens. One replicates the JCHR stipulation, whereas another extends beyond ‘rights of residence’ also to ‘other rights enjoyed by EU citizens’. The Government, which does not have a majority in the Lords, issued thinly veiled threats  that the future of the upper house is at risk were Peers to scupper Brexit; since securing the rights of non-UK EU nationals does not stand in the way of triggering Article 50, one remains hopeful that an amended Bill will be sent back to the Commons.

This post represents the views of the author and not those of the Brexit blog, nor the LSE. It first appeared at the Oxford Human Rights Hub blog.

Dr Ruvi Ziegler is Lecturer in Law at the University of Reading. He advises New Europeans.